Origine de l'église des Fontenottes 1°) Pendant la guerre de Trente ans, un serment fait en 1639 ou 1640 a abouti à la construction d'un premier sanctuaire. Après l'invasion de la région par les' Suédois ', en fait par des mercenaires allemands complices de Richelieu et du Roi de France, les envahisseurs sont restés quelques temps dans la région en pillant ce qu'ils trouvaient et en rançonnant qui ils pouvaient. A la ferme du Ronpré, trois soldats ont pris le vieux père Billod et l'ont attaché à la queue de son cheval pour l'emmener. C'était tout ce qu'ils avaient pu emporter en guise de pillage. Par un voeu fait sur une pierre, la ' Pierre du Serment ', les trois fils Billod se sont engagés à construire un sanctuaire s'ils arrivaient à récupérer leur père sain et sauf. Ils ont alors probablement réussi à tuer dans une embuscade les soldats qui emmenaient leur père, en utilisant des armes à feu et sans provoquer l'emballement du cheval. Une lettre écrite deux siècles plus tard parle d'un fusil à deux coups. La tradition orale est assez floue. Ce qui est certain, c'est qu'un premier sanctuaire a été construit suite à ce serment. 2°) Le sanctuaire a été agrandi une vingtaine d'années avant la Révolution Française grâce à la générosité d'un ' colporteur italien droguiste '. Ce colporteur avait l'habitude de passer deux ou trois fois par an et à ces occasions, il était hébergé par le chapelain. Vers 1770, en se rendant des Sarrazins aux Fontenottes, il a été pris d'un malaise. D'après la tradition populaire, le chapelain a été averti par un ange qu'il devait aller porter les derniers sacrements à ce voyageur qu'il avait coutume d'héberger. Avant de mourir, celui-ci lui a fait don de son argent ' pour les bonnes oeuvres '. Dans l'église, une peinture représente le prêtre partant sous la conduite de l'ange et muni des objets sacrés. Une peinture analogue se trouve dans l'église des Fourgs. Au dessus du chemin de ' La Neuve Vie de Sur la Roche ', à droite de ce chemin si on le prend depuis les Fontenottes, et à une vingtaine de mètres du chemin, on trouve dans le bois ' la Croix du Colporteur ', qui est censée avoir été plantée à l'endroit où il est décédé. Cet argent donné par le colporteur, et aussi une autre somme qui avait été abandonnée par un voleur en train de s'enfuir de la sacristie, le tout complété par le travail des paroissiens, a permis d'agrandir l'édifice.

jpg/LesFontenottes010

jpg/LesFontenottes010

0 commentaire

459 views

jpg/LesFontenottes020

jpg/LesFontenottes020

0 commentaire

480 views

jpg/LesFontenottes100

jpg/LesFontenottes100

0 commentaire

415 views

jpg/LesFontenottes103

jpg/LesFontenottes103

0 commentaire

394 views

jpg/LesFontenottes106

jpg/LesFontenottes106

0 commentaire

387 views

jpg/LesFontenottes109

jpg/LesFontenottes109

0 commentaire

401 views

jpg/LesFontenottes112

jpg/LesFontenottes112

0 commentaire

385 views

jpg/LesFontenottes115

jpg/LesFontenottes115

0 commentaire

364 views

jpg/LesFontenottes118

jpg/LesFontenottes118

0 commentaire

333 views

1 commentaire

ortograf-fr - 1
{{Origine de l'église des Fontenottes}}

{{1°) Pendant la guerre de Trente ans, un serment fait en 1639 ou 1640 a abouti à la construction d'un premier sanctuaire.}}

Après l'invasion de la région par les'Suédois', en fait par des mercenaires allemands complices de Richelieu et du Roi de France, les envahisseurs sont restés quelques temps dans la région en pillant ce qu'ils trouvaient et en rançonnant qui ils pouvaient.

A la ferme du Ronpré, trois soldats ont pris le vieux père Billod et l'ont attaché à la queue de son cheval pour l'emmener. C'était tout ce qu'ils avaient pu emporter en guise de pillage.

{{Par un voeu fait sur une pierre, la 'Pierre du Serment', les trois fils Billod se sont engagés à construire un sanctuaire s'ils arrivaient à récupérer leur père sain et sauf.}}

Ils ont alors probablement réussi à tuer dans une embuscade les soldats qui emmenaient leur père, en utilisant des armes à feu et sans provoquer l'emballement du cheval. Une lettre écrite deux siècles plus tard parle d'un fusil à deux coups.

La tradition orale est assez floue. Ce qui est certain, c'est qu'un premier sanctuaire a été construit suite à ce serment.

{{2°) Le sanctuaire a été agrandi une vingtaine d'années avant la Révolution Française grâce à la générosité d'un 'colporteur italien droguiste'.}}

Ce colporteur avait l'habitude de passer deux ou trois fois par an et à ces occasions, il était hébergé par le chapelain.

Vers 1770, en se rendant des Sarrazins aux Fontenottes, il a été pris d'un malaise.

D'après la tradition populaire, le chapelain a été averti par un ange qu'il devait aller porter les derniers sacrements à ce voyageur qu'il avait coutume d'héberger. Avant de mourir, celui-ci lui a fait don de son argent 'pour les bonnes oeuvres'.

Dans l'église, une peinture représente le prêtre partant sous la conduite de l'ange et muni des objets sacrés. Une peinture analogue se trouve dans l'église des Fourgs.

Au dessus du chemin de 'La Neuve Vie de Sur la Roche', à droite de ce chemin si on le prend depuis les Fontenottes, et à une vingtaine de mètres du chemin, on trouve dans le bois 'la Croix du Colporteur', qui est censée avoir été plantée à l'endroit où il est décédé.

Cet argent donné par le colporteur, et aussi une autre somme qui avait été abandonnée par un voleur en train de s'enfuir de la sacristie, le tout complété par le travail des paroissiens, a permis
d'agrandir l'édifice.