l'église de Leugney a été construite au XIème siècle de style roman et le clocher au siècle suivant. C'était l'église du prieuré qui dépendait de l'abbaye Saint-Paul de Besançon. De nombreuses statues des XVIème, XVIIème et XVIIIème ornent les chapelles près du choeur.

jpg/Leugney01

jpg/Leugney01

0 commentaire

445 views

jpg/Leugney02

jpg/Leugney02

0 commentaire

370 views

jpg/Leugney03

jpg/Leugney03

0 commentaire

308 views

jpg/Leugney04

jpg/Leugney04

0 commentaire

307 views

jpg/Leugney05

jpg/Leugney05

0 commentaire

347 views

jpg/Leugney06

jpg/Leugney06

0 commentaire

309 views

jpg/Leugney07

jpg/Leugney07

0 commentaire

302 views

jpg/Leugney08

jpg/Leugney08

0 commentaire

294 views

jpg/Leugney09

jpg/Leugney09

0 commentaire

297 views

jpg/Leugney10

jpg/Leugney10

0 commentaire

276 views

3 commentaires

Martin Roger - 1
je suis un enfant du pays ,mes grand-parents habitaient Amance .j'ai vécu avec eux de 1939 à 1945
ma mére aidait a la petite ferme que possédait ses
parents .je suis allé à l'ecole à Leugney ,l'école
était à proximité jouxtant la cure ou nous apprenions le catéchisme avec Aline .j'ai un souvenir, :il y avait un tilleul impressionant dans
l'espace qui nous servait de cour , il servait d' abri les jours de pluie et de confident les jours de punition.devenu dangereux , il fut abattu .ce fut
le grand chagrin et un grand vide il y eu des larmes.mes grand-parents sont entérrés à Leugney ,la
tombe a du disparaitre faute d'entretient.
Georges CHABOD - 1
Monsieur MARTIN, je vous connais. J'ai même un agrandissement récent d'une photo sur laquelle je me trouve en compagnie de votre sœur Jeannine : vous l'avez prise chez 'le' René et 'la' Marie Louise GUYARD. Au cours de la même série vous nous aviez fait poser devant la platine de la cuisinière en fonte, dans la vieille cuisine. Si vous avez encore ces clichés, je m'inscris volontiers pour en avoir des tirages. A l'époque j'étais un petit gamin et je passais mes vacances d'été comme berger chez GUYARD d'abord à Amance puis à BREMONDANS. C'est comme ça que j'ai appris à vivre à cette époque où le simple fait de survivre était déjà un miracle quotidien.

Je me souviens que vous veniez à BREMONDANS à mobylette DEPUIS KEMBS ou OTTMARSHEIM où vous avez successivement habité, complètement inenvisageable aujourd'hui!

J'ai encore très présentes à l'esprit des images de votre Grand-mère, 'la' Palmyre, son châle violet et son panier, qui ne contenait parfois que la clé de sa porte. Je vois votre Maman, Yvonne, même si je ne l'ai rencontrée qu'une seule fois, mais plus précisément votre tante Alice (?) PAGES 'émigrée' aux ETAS-UNIS, elle était particulièrement gentille avec les enfants… dont moi! Rubrique 'souvenirs', ça aide.

J'ai mieux connu votre sœur, Jeannine, parce qu'elle venait régulièrement en vacances à Amance, en plus elle était particulièrement remuante et nous nous moquions sans arrêt de son accent 'Oh yéééé '. Je la vois encore traverser le pont sur l'Audeux, bras dessus, bras dessous avec votre grand-mère alors qu'elles s'en retournaient chez elles après avoir assisté au repas du soir chez les GUYARD.

Je vous remercie de m'avoir permis d'évoquer ce passé dont vous avez été également le témoin en ressassant ces souvenirs, très bons souvenirs puisque ceux de l'enfance. Je ne changerais rien à ce que j'ai vécu là. Cela m'a constitué et aguerri pour la suite de mon existence. J'ai une infinie reconnaissance pour ces gens qui ne se prenaient que pour ce qu'ils étaient, respectueux des règles de la vie en commun, des usages du village et de la vie en société.

Merci donc et à suivre, la balle est dans votre camp. Je vous prie de donner le bonjour à Jeannine et de recevoir mes respectueuses salutations.
- 1
{{ Martin Roger a écrit : }}
<quote>
je suis un enfant du pays ,mes grand-parents habitaient Amance .j'ai vécu avec eux de 1939 à 1945
ma mére aidait a la petite ferme que possédait ses
parents .je suis allé à l'ecole à Leugney ,l'école
était à proximité jouxtant la cure ou nous apprenions le catéchisme avec Aline .j'ai un souvenir, :il y avait un tilleul impressionant dans
l'espace qui nous servait de cour , il servait d' abri les jours de pluie et de confident les jours de punition.devenu dangereux , il fut abattu .ce fut
le grand chagrin et un grand vide il y eu des larmes.mes grand-parents sont entérrés à Leugney ,la
tombe a du disparaitre faute d'entretient.</quote>

Monsieur MARTIN, je vous connais. J'ai même un agrandissement récent d'une photo sur laquelle je me trouve en compagnie de votre s&#339;ur Jeannine : vous l'avez prise chez 'le' René et 'la' Marie Louise GUYARD. Au cours de la même série vous nous aviez fait poser devant la platine de la cuisinière en fonte, dans la vieille cuisine. Si vous avez encore ces clichés, je m'inscris volontiers pour en avoir des tirages. A l'époque j'étais un petit gamin et je passais mes vacances d'été comme berger chez GUYARD d'abord à Amance puis à BREMONDANS. C'est comme ça que j'ai appris à vivre à cette époque où le simple fait de survivre était déjà un miracle quotidien.

Je me souviens que vous veniez à BREMONDANS à mobylette depuis KEMBS ou OTTMARSHEIM où vous avez successivement habité, complètement inenvisageable aujourd'hui!

J'ai encore très présentes à l'esprit des images de votre Grand-mère, 'la' Palmyre, son châle violet et son panier, qui ne contenait parfois que la clé de sa porte. Je vois votre Maman, Yvonne, rencontrée une seule fois, mais plus précisément votre tante Alice (?) PAGES 'émigrée' aux ETAS-UNIS, elle était tellement gentille avec les enfants&#8230; dont moi! Rubrique 'souvenirs', ça aide.

J'ai mieux connu votre s&#339;ur, Jeannine, parce qu'elle venait régulièrement en vacances à Amance, elle était particulièrement remuante et nous nous moquions sans arrêt de son accent 'Oh yéééé '. Je la vois encore traverser le pont sur l'Audeux, bras dessus, bras dessous avec votre grand-mère alors qu'elles s'en retournaient chez elles après avoir assisté au repas du soir chez les GUYARD.

Je vous remercie de m'avoir permis d'évoquer ce passé dont vous avez été également un acteur, pour ressasser ces souvenirs, bons par définition puisque souvenirs d'enfance. Je ne changerais rien à ce que j'ai vécu là. Cela m'a constitué et aguerri pour la suite de mon existence. J'ai une infinie reconnaissance pour ces gens qui ne se prenaient que pour ce qu'ils étaient, respectueux des règles de la vie en commun, des usages du village et de la société.

Merci donc et à suivre, la balle est dans votre camp. Je vous prie de donner le bonjour à Jeannine et de recevoir mes respectueuses salutations.