Eglise Saint-Christophe à Champlitte-la-Ville (70)

Eglise Saint-Christophe à Champlitte-la-Ville (70)

31 photos

L'origine de l'église remonte au XIème siècle. Il subsiste de cette époque les arcades de la nef romane. Elle est flanquée d'un prieuré bénédictin du XIIème siècle. L'édifice est agrandi d'un transept et d'un clocher-porche au XIVème siècle. Elle a été rénovée récemment par une association de bénévoles.

Champlitte : Ancien couvent des Augustins (70)

Champlitte : Ancien couvent des Augustins (70)

17 photos

e couvent des Augustins est en réalite un ancien manoir médiéval, qui fut transformé en cloître et en église à la suite d'un voeu, après le retour de captivité de Jean Sans Peur. Le couvent fut fondé en 1398, l’église construite peu après 1412, puis trois galeries du cloître furent édifiées. La chapelle de la confrérie Saint-Sébastien est construite en 1598. Au XVIIème siècle, le couvent fut remanié et l'enclos agrandi. Les religieux furent expulsés pendant la Révolution; la moitié du cloître, l'église et le clocher furent abattus, Déclarés biens nationaux, les bâtiments sont réutilisés en logements. Aujourd'hui, les seuls vestiges du couvent sont donc le couvent lui-même et une partie de son cloître.

Arbois : Musée d'Art Sarret de Grozon (39)

Arbois : Musée d'Art Sarret de Grozon (39)

18 photos

Le musée porte le nom de la famille qui légua à la Ville d’Arbois, en 1902, son hôtel particulier ainsi que son mobilier et ses collections d’objets (porcelaine et argenterie exceptionnelles) et d’œuvres d’art (tableaux du XVIIème au XIXème siècle, dont les peintres comtois Courbet et Pointelin). Ces œuvres reflètent les goûts éclairés de plusieurs générations d’une famille appartenant à l’aristocratie provinciale, dont les appartements ont conservé leurs décors intérieurs. Emmanuel Templeux, conservateur du musée d’Arbois, se chargea de réceptionner le legs en 1933. Les collections de l’ancien musée municipal, jusqu’alors situé à l’Hôtel de Ville, rejoignirent la Maison d’art. Les portraits d’Arboisiens dessinés au pastel par Louis Pasteur adolescent y sont également exposés.

Arbois : Musée de la vigne et du Vin (39)

Arbois : Musée de la vigne et du Vin (39)

29 photos

Depuis 1993, le Musée du Vin et de la Vigne est Installé au cœur de la ville d’Arbois, capitale des vins du Jura, au château Pécauld des XIIIème et XVIIIème siècles, entièrement restauré,   À l’extérieur du château, les vignes replantées illustrent au fil des saisons les travaux du vigneron ainsi que les différents cépages du vignoble jurassien.   Après cette découverte des étapes de la viticulture comtoise et des cépages de la région, la visite se poursuit à l’intérieur dans les caves et les salles du musée où sont présentées les différentes méthodes de vinification ainsi que l’histoire et les traditions du monde vigneron.  

Eglise de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste à Leffond (Champlitte 70)

Eglise de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste à Leffond (Champlitte 70)

23 photos

L'église a été reconstruite en 1772 selon les plans de l'architecte dolois Anatole Amoudru.

Belvédère dOrnans (25)

Belvédère dOrnans (25)

16 photos

Vues depuis le Château et la Vierge dominant Ornans - Photos : Jo Regan

Besançon ; Expo François Boucher au Musée des Beaux-Arts

Besançon ; Expo François Boucher au Musée des Beaux-Arts

20 photos

François Boucher (1703-1770) fut l’une des figures les plus illustres de l’histoire de la peinture au XVIIIème siècle. Il a été l’un des artistes qui œuvra avec le plus de talent au renouvellement des arts décoratifs. Il a peint de nombreux sujets inspirés par la Chine qui se diffusent presque aussitôt dans les décors parisiens autant que dans les recueils d’estampes et au travers des arts décoratifs, la porcelaine, le mobilier et la tapisserie. Il a réalisé des cartons pour des tapisseries qui, exceptionnellement, sont réunies au Musée des Beaux-Arts de Besançon. (certaines de ses les peintures sont aussi expoées). Photos : Jo Regan

Besançon : Faubourg Rivotte (25)

Besançon : Faubourg Rivotte (25)

37 photos

Photos : Bernard Girard & Jo Regan

Besançon : La Boucle du Doubs

Besançon : La Boucle du Doubs

35 photos

Photos : Jo Regan

Besançon : les couleurs de l'automne 2019

Besançon : les couleurs de l'automne 2019

39 photos

Photos : Jo Regan

Ornans : Crêche de l'église

Ornans : Crêche de l'église

2 photos

Photos : Jo Régan

Besançon : Noël 2019

Besançon : Noël 2019

27 photos

Photos ; Jo Regan

 Eglise Saint-Nicolas à Moirans en Montagne (39)

Eglise Saint-Nicolas à Moirans en Montagne (39)

21 photos

L’église est reconstruite au XVème siècle sous l'influence de l'abbatiale Saint-Claude. Un grand escalier conduit au parvis devant le portail. La nef, de plan presque carré, est voûtée d'ogives avec doubleaux et formerets pénétrant les supports sans chapiteaux. Le choeur à chevet plat est voûté. d'ogives sur culots.

Musée du Jouet à Moirans (39) en 2019

Musée du Jouet à Moirans (39) en 2019

45 photos

En septembre 2010, le musée du Jouet ferme ses portes au public pour 22 mois de travaux. Donner un nouvel écrin à l’une des plus belles collections de jeux et jouets en Europe, offrir aux visiteurs la qualité d’accueil d’un musée moderne et respecter l’identité du bâtiment d’origine, tels ont été les enjeux confiés aux architectes BLANC POTARD (cabinet Arprau, Lyon) et DUBOIN (Saint-Claude Le « nouveau musée du Jouet » ouvre le 1er juillet 2012. L’extension a permis un doublement des surfaces du musée qui s’étend aujourd’hui sur 3.400 m². L’ensemble architectural est cohérent et attrayant et l’identité du lieu a été renouvelée dans le respect des choix initiaux. Le long du bâtiment d’extension, surplombé par un triptyque d’émail et d’acier qu’anime le trait poétique de l’artiste Françoise PETROVITCH, les espaces verts accueillent des jeux extérieurs.

Jouets des Montagnes du Jura au Musée de Moirans (39)

Jouets des Montagnes du Jura au Musée de Moirans (39)

12 photos

Cette exposition au Musée du Jouet de Moirans est dédiée à l’activité artisanale et industrielle jurassienne à travers une sélection de jouets qui ont marqué leur époque. Les premiers jouets en bois tournés à Moirans-en-Montagne dateraient de 1820. Sifflets et flûtes à bec, appelées aussi flageolets, constituent alors la spécialité des tourneurs moirantins. Vers 1850, le « bibi », petit sifflet surmonté d’un ballon de baudruche, fabriqué en milliers d’exemplaires dans la localité, lui vaut même le surnom de « Bibiville ». Au début du 20ème siècle, Moirans-en-Montagne devient l’un des principaux centres de tournerie sur bois et la capitale du jouet. Jeux de quilles, crécelles, ... Jeux de quilles, crécelles, croquets et bilboquets, mais aussi jeux de cubes et de construction (influencés par les jouets allemands), puis jeux de société et porteurs, enrichissent l’assortiment des catalogues jurassiens. Les jouets tournés à Moirans se distinguent par leur décor peint pratiqué par les rubanneuses. L’électrification au début du 20ème siècle va modifier profondément l’organisation de la production dans la région. Les tourneurs ruraux, qui louaient leur place au tour dans les moulins, recouvrent l’autonomie et leur domicile en fixant un moteur à leur tour. Parallèlement, des petits ateliers communaux et des sociétés coopératives apparaissent, marquant la volonté des tourneurs d’échapper à l’emprise des négociants, intermédiaires incontournables pour vendre sa production aux grossistes. Le patriotisme économique, issu de la victoire de 1918 et renforcé par la crise de 1929, favorise les jouets français au détriment des productions allemandes. Dans l’entre-deux guerres, les techniques évoluent (mise au point de la rotative), les jouets en bois se complexifient (camions de pompier, baby-foot, jouets de plage) et les matières plastiques de synthèse (dont le celluloïd) séduisent de plus en plus de fabricants. Après la seconde guerre mondiale, l’industrie du jouet connaît un essor considérable grâce à la transition du bois au plastique. Les jouets en celluloïd, puis en polymère de synthèse dérivés de la pétrochimie (plus communément appelé plastique), issus de nouveaux procédés de moulage (thermoformage, injection ou soufflage) sont produits en masse à prix réduits. Dopé par l’extraordinaire demande des « 30 glorieuses », Moirans, bien que concurrencé par Oyonnax, s’affirme comme la capitale du jouet.

Charliluce à Moirans (39)

Charliluce à Moirans (39)

23 photos

A Moirans dans le Jura, l'atelier Charliluce, fidèle à la tradition artisanale du travail du bois local, fabrique en particulier des poupées et des marionnettes. Leur originalité réside dans le fait que les corps de ces poupées et marionnettes sont entièrement réalisés en bois tourné, bois léger tel que le pin, l'aulne ou le tilleul. La tête en épicéa est soigneusement poncée, vernie puis décorée à la main en fonction de la veine et du personnage choisi. L'assemblage du corps et des membres tous articulés par un cordeau de chanvre est fait par collage sans agrafe. Les vêtements sont minutieusement confectionnés dans des tissus aux coloris harmonieux et les cheveux avec une laine de qualité. Ces personnages sont entièrement déshabillables grâce au déboîtage de la tête et des membres. Une belle collection qui enchante petits et grands. La boutique propose également des jeux, jouets et articles en bois du Jura (des sociétés Vilac, Jeu Jura, Foulon Créations, Jura Buis, Chavet Chess...), une sélection de jeux et jouets d'éveil en bois.