La Forêt du Risoux (39)

La Forêt du Risoux (39) (!)

19 photos

La forêt du Risoux se situe au nord du lac des Rousses et son altitude varie entre 1 250 m et  1 300 m. Elle est très riche d'une faune et d'une flore exceptionnelles. On y retrouve la faune caractéristique des forêts d'altitude avec la chevêchette d'Europe, la gélinotte des bois, le grand tétras  et le tarin des aulnes, le lynx est très présent dans ce secteur. La forêt fournit entre-autre du bois d'harmonie pour la lutherie grâce à des épicéas plusieurs fois centenaires. La très lente croissance de ces conifères leur confère un bois très serré et très tonique bien adapté à la fabrication de tables d'harmonie. Cette forêt a joué un rôle important dans l'histoire : - C'est par cette forêt que de nombreux Juifs ont pu échapper à la déportation dans des camps d'extermination nazis grâce à une filière imaginée, entre autre, par les françaises Victoria et Madeleine Cordier et les suisses Anne-Marie Im-Hof Piguet et Fred Reymond, entre 1941 et 1944 : Victoria Cordier traversait avec eux le Risoux de nuit, et ils arrivaient au refuge de L'Hôtel d'Italie, sur la commune de Chenit en Suisse. Tous sont des Juste parmi les nations. - On y trouve le Chalet des Ministres. La rumeur veut que des délégués du gouvernement français et du gouvernement provisoire de la république algérienne s'y seraient réunis pour préparer les accords d'Évian.

Eglise Saint-Jean-Baptiste à Chapelle-de-Bois (25)

Eglise Saint-Jean-Baptiste à Chapelle-de-Bois (25)

19 photos

Les habitants du village de "Champion" (son premier nom) étaient obligés de suivre le culte à Châtelblanc ou à Chaux-Neuve. En 1632 ; ils prennent une délibération pour avoir un lieu de culte bien à eux. Pas question d’avoir une  église paroissiale , simplement une chapelle dépendant de la paroisse de Mouthe. Construite au milieu des bois, elle donnera son nom définitif à la commune : Chapelle-des-Bois. Les travaux commencèrent en 1633 mais elle ne fut terminée qu’en 1638 ou 1639. Bénite en 1640, elle fut consacrée par l’archevêque de Besançon en 1665. Son plan initial était très simple : juste une nef rectangulaire qui s’arrêtait au chœur actuel et le clocher faisant office de porche. Un plan massif mais tout de même égayé par la voûte en arcs d’ogives. Les paroissiens participaient à l’office debout. Le mobilier était certainement restreint. Seule subsiste de cette période une croix de procession. Un siècle plus tard, la population s’étant accrue, la chapelle devra être agrandie. La décision est prise en 1726. Les travaux se termineront par le chœur en 1738. Les dates sont inscrites sur la clé de voute du chœur et à l’extérieur sur le linteau des portes des chapelles. Curieusement, les deux chapelles furent construites dans le style roman qui contraste avec les arcs brisés de l’église primitive. Les trois retables viennent ensuite, entre 1743 et 1754, décorer chœur et chapelles. Ils sont l’œuvre d’Ignace Claude Loye, menuisier à Remoray, qui a signé son travail sous Dieu le père. L'église possède des éléments mobiliers protégés à titre objet aux monuments historiques : l'ensemble du maître-autel et ses décorations daté de 1743, richement décoré et classé à titre objet le 12 février 1981. À cette même date, sont également classés les autels latéraux droite et gauche, tous deux datés de 1748. D'autres éléments mobiliers sont inscrits à titre objet: des lustres du XVIIIème siècle en bronze et cristal inscrits en 1981, des chandeliers d'autel en cuivre inscrits en 1981, un Christ en croix, du XVIIème siècle inscrite en 1980, un tableau de la visitation inscrit en 1980, la chaire à prêcher inscrite en 1979 et une statue de Saint Jean-Baptiste inscrite en 1978]. L'église est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 2 mars 1981.

Musée de la Boissellerie à Bois d'Amont (39)

Musée de la Boissellerie à Bois d'Amont (39)

8 photos

Le Musée de la Boissellerie est situé dans une scierie restaurée par des passionnés du village. La rivière (l'Orbe) permet aujourd'hui encore d'actionner la turbine hydraulique. Les hommes et les femmes de Bois d'Amont , grâce à leur savoir-faire, ont su exploiter toutes les qualités du bois pour en faire des boîtes, des coffrets, des cabinets d'horloges... et des skis. La plupart de ces réalisations sont en épicéa, arbre roi de nos forêts. Le temps d'une visite guidée, on découvre l'évolution des techniques et des machines, ainsi que l'ingéniosité des artisans du Haut Jura, en parcourant plusieurs salles thématiques : atelier des boisseliers, les tavaillons, la scierie... et une salle dévolue à la petite histoire du ski !

La Ferme de la Spiruline du Jura à Salans (39)

La Ferme de la Spiruline du Jura à Salans (39)

8 photos

Pour plus d'informations se rendre sur le site :  http://www.spirulinedujura.com