Citadelle
Eglise de l'Assomption à Vuillfans (25)

Eglise de l'Assomption à Vuillfans (25) (!)

30 photos

En 1429, débute la construction de l'église et les travaux dureront jusqu'à la consécration de l'église en 1522. Le toit à pavillon date quant à lui de 1550. L'église a fait l'objet de campagnes de restauration en 1828 et 1837, dates que l'on retrouve sur la porte d'entrée et le chevet de l'édifice. L'église possède un clocher-porche surmonté d'un toit à pavillon et percée de baies ajourées. La nef centrale est encadrée par deux bas-cotés et possède des voûtes en ogive.Le retable date de 1702, sculpté par François Choye en chêne taillé. Deux colonnes torses encadrent le retable. La représentation iconographique principale concerne le calvaire et l'annonciation. Il est classé à titre objet des monuments historiques depuis le 5 décembre 1908. La chaire date de 1704, de J.Ligier et classée à titre objet des monuments historiques depuis le 5 décembre 1908. Le tableau de la nativité date de 1515 environ, exécuté par un peintre de l'école suisse et classé à titre objet des monuments historiques depuis le 24 mai 1943. Les tableaux de la Cène, du Calvaire et de Saint Benoît datent de 1515 environ, exécutés par un peintre de l'école suisse et classés à titre objet des monuments historiques depuis le 24 avril 1944. L'église de l'Assomption de Vuillafans fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 20 novembre 1939. (Source : Wikipedia)

Château de Fourg (25)

Château de Fourg (25)

6 photos

A la fin du XVIIème siècle, au moment de la conquête de la Franche-Comté par Louis XIV, un marchand de chevaux, François Faton,  fait édifier une demeure seigneuriale surplombant le village de Fourg blotti autour d’un château-fort du Moyen-âge, entre Besançon et Arc et Senans. La demeure passe des Faton aux Fine puis aux de Lacour, par mariages successifs. A la fin du XVIIIème siècle, Claude Faton, maître des eaux et forêts, inscrit ses initiales en différents endroits du domaine. M.  Fine, directeur des douanes, au XIXème siècle, parcourt la France de Le Havre à Perpignan et se ressource dans la belle demeure, comme le feront Marcelle  et Robert de Lacour au XXème siècle. Marcelle et Robert de Lacour, ses derniers habitants,  lègueront  la totalité de leur patrimoine  à une fondation pour la Musique et la Danse. Marcelle née Schaeffer, brillante claveciniste,  enrichira les collections de partitions et d’instruments existantes. La Fondation Marcelle et Robert de Lacour Musique et Danse soutient des compositeurs et interprètes en France et à l’étranger depuis sa création en 2000. En 2018 elle débutera la  rénovation du Château et du Parc permettant l’accueil  en résidence de musiciens dans un lieu respectueux de l’environnement et du patrimoine, propice à la création artistique.

Eglise Notre-Dame-des-champs à Rancenay (25)

Eglise Notre-Dame-des-champs à Rancenay (25)

17 photos

a présence de l’église est attestée en 1341 en tant que chapelle dépendant du seigneur de Montferrand. Cette origine médiévale est confirmée par la présence d'une fenêtre géminée et de départs d'arc dans la sacristie. L'église a fait l'objet d'une restauration entre 1834 et 1835 par l'architecte bisontin Alphonse Delacroix. Elle est dotée d'un plafond à caissons en bois orné de croix trilobées peintes, seul exemple rural dans le département et coiffée d'un clocher-porche, daté de 1725, surmonté d'un dôme à l'impériale. L'église Notre-Dame-de-l'Assomption-des-Champs de Rancenay est inscrite au titre des monuments historiques depuis le 2 août 2006.